Lors d’une création d’entreprise, l’étape financière est souvent la plus redoutée… Elle est pourtant primordiale ! Pour trouver des fonds au démarrage, il y a les banques, mais pour les gros projets, il y a aussi les business angels. Ce sont des investisseurs au capital de votre société, aptes à apporter de grosses sommes d’argent. Pratique et sécurisant, car les business angels sont aussi des pros de l’entrepreneuriat et de fins conseillers. 42,7 millions d’euros ont été investis dans de jeunes entreprises en 2016 : il serait peut-être temps de s’y intéresser ! Qui sont les business angels ? Quels sont les réseaux ? Quelles sont les étapes pour les contacter avec succès ? Tendance Entreprise vous dit tout !

C’est quoi, un business angel ?

Les business angels sont des investisseurs qui soutiennent financièrement un projet d’entreprise. Cerise sur le gâteau, les jeunes entrepreneurs profitent généralement des conseils, des compétences et de l’expérience de leur business angel.

Attention, par « investisseur », entendez apporteur de fonds au capital de votre société en échange de titres financiers. Cela signifie que :

  • vous ne remboursez pas les sommes apportées par le business angel (ce n’est pas un prêt).
  • Le business angel se rémunère sur le bénéfice de votre société (uniquement si vous faites des bénéfices), selon un ratio défini en amont.
  • Le business angel détient des pouvoirs aux assemblées générales. Ils sont modulables, à condition de choisir un statut juridique de SAS et de rédiger un pacte d’actionnaires.

En général, les fondateurs de la société créent un comité de pilotage dans lequel leurs business angels tiennent un rôle de consultant et non de décideur.

Et pour financer quoi ? 

La banque rechigne à prêter pour financer des besoins non amortissables comptablement, c’est-à-dire des besoins sur lesquels elle ne peut pas prendre de garanties. La trésorerie au démarrage, les frais pour lancer une campagne de communication, un stock de départ sont ses bêtes noires ! Les business angels, quant à eux, sont sensibles à la rentabilité du projet, quelle que soit la nature des besoins.

Par ailleurs, lorsque les sommes d’argent nécessaires au démarrage sont conséquentes, un prêt bancaire (à rembourser avec intérêts) peut s’avérer beaucoup trop lourd pour le modèle économique de l’entreprise, d’où la nécessité de privilégier l’investissement au capital.

 

Qui se cache derrière le business angel ?

Les business angels sont avant tout des passionnés de l’aventure entrepreneuriale, prêts à investir dans des projets innovants. On distingue 3 profils de business angels : l’ancien dirigeant, le serial entrepreneur, les family offices.

L’ancien dirigeant d’entreprise ou cadre supérieur :

Proche de la retraite, il a accumulé un certain patrimoine et il est prêt à investir entre 5 000 et 200 000 euros par an pour des projets qui lui tiennent à cœur.

Le jeune entrepreneur dynamique :

Serial entrepreneur, il aime créer et revendre des entreprises pour le goût du montage de projet. Il a accumulé certaines richesses et il peut investir entre 200 000 et 500 000 euros.

Les family offices :

Ce sont des regroupements entre investisseurs privés d’une même famille, parfois sur plusieurs générations. Ils décident de s’organiser pour placer ensemble la part du patrimoine qui leur a été légué.

 

Comment trouver votre business angel ?

Mettre en marche son réseau est la première chose à faire ! Si l’une de vos connaissances peut vous recommander auprès d’un business angel, c’est le jackpot. Sinon, nous vous conseillons d’avoir recours à un réseau spécialisé.

Il existe 82 Réseaux de Business Angels, en France. Ils mettent en relation les investisseurs et les entrepreneurs.

Quelle est la procédure ?

  • Rendez-vous sur le site http://www.franceangels.org
  • Choisissez un réseau de business angels régional ou national
  • Rendez-vous sur le site du réseau choisi
  • Déposez votre dossier !

42,7 millions d’euros ont été investis en 2016 via ces réseaux pour un montant global de 500 millions d’euro depuis 2001.

À quel moment faut-il contacter un réseau ?

Avant de contacter les investisseurs, la rédaction d’un business plan est indispensable !

Ce document est loin d’être une perte de temps : il permet aux investisseurs de comprendre votre projet, d’analyser votre besoin de financement et de décider s’il est intéressant de vous suivre. Un business plan doit être précis : tout ce que vous indiquez doit pouvoir être prouvé (particulièrement la rentabilité de votre projet).

N’oubliez pas de résumer votre business plan dans un executive summary . Il résume les points forts de votre projet. Si votre executive summary suscite l’intérêt, le business angel s’attèlera à la lecture du business plan. Dans le cas inverse, vous n’aurez aucun retour !

 

En bref, quelles sont les étapes à suivre ?

  • Rédaction du business plan et executive summary
  • Prise de contact avec un réseau de business angels
  • Demande des critères de financement : montant minimum à solliciter, taux de rentabilité, valeurs portées… Tout dépend des réseaux !
  • Dépôt d’un dossier de présentation du projet
  • Présentation du projet devant un premier jury
  • Examen du projet par un ou plusieurs business angels
  • Négociation sur l’entrée au capital d’un business angels
  • Signature des statuts et d’un pacte d’actionnaires entre les fondateurs de la société et les business angels

À noter : lorsque plusieurs business angels sont intéressés par un même projet, ils se regroupent en Société d’Investissement de Business Angel (SIBA) pour partager les risques.

(source : Agence France Entrepreneur)

Le recours à un réseau de Business Angels est une solution à envisager pour financer le démarrage de votre entreprise, essentiellement lorsque vos besoins sont élevés. En point de vigilance :

  • votre executive summary aux petits oignons est la porte d’entrée dans les réseaux.
  • Des statuts et un pacte d’actionnaires sont indispensables.

À vous de jouer !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *