Mariéme est sénégalaise. Elle quitte son pays d’origine pour la France alors qu’elle est encore toute jeune, dans l’espoir de vivre de sa passion et créer sa marque de prêt-à-porter. Une initiative récompensée puisqu’elle est aujourd’hui invitée à défiler à la prestigieuse Fashion Week de Londres …

Votre marque s’appelle Métissé, parlez-nous de votre univers

Métissé propose des vêtements prêt-à-porter haut de gamme pour femmes.
J’aime le mélange des styles, c’est pourquoi je crée des modèles dont la coupe est occidentale mais dont les tissus sont africains. je garde contact avec mes origines sénégalaises tout en faisant découvrir aux Européennes des matières qu’elles n’ont pas l’habitude de porter. Mais je travaille aussi la soie, la laine afin de conserver un style universel.

Mariéme Bongiu - Métissé

Comment est né ce projet, quelles expériences vous ont amenée à devenir créatrice de mode ?

ensemble body pagne - métisséPour moi, la mode n’est pas qu’une question de goût ; je n’ai pas choisi ce métier, il s’est imposé à moi. C’est plus qu’une passion, je ne peux m’exprimer qu’à travers la couture et la création.
J’ai toujours voulu travailler dans la mode. Je suis donc partie en France pour me lancer. C’était en 1999 ; j’avais 21 ans. J’ai longtemps évolué dans différents postes salariés. En parallèle, avec une voisine, j’ai commencé à créer des petites collections que nous revendions ensemble à notre entourage. Cette expérience positive (nous avions tout vendu) m’a donné confiance et envie de persévérer. J’ai aussi animé des ateliers de couture pour débutants dans un local associatif du 19e arrondissement de Paris et j’ai réalisé un défilé dans une maison de retraite.

Ma place en couveuse d’entreprise

Après 5 ans d’emploi salarié, j’ai pu solliciter une formation en DIF via le FONGECIF. Il me manquait certaines compétences techniques, notamment en matière de modélisme et de prototypage. J’ai été acceptée à l’école FORMAMOD pour un enseignement de 1 an et demi. Mon diplôme en poche, je ne savais plus trop comment faire pour continuer à évoluer. J’ai donc frappé aux portes des *Ateliers de Paris pour obtenir des conseils stratégiques. Ceux-ci m’ont proposé une place en *couveuse d’entreprise.

Formidable ! Avec la couveuse, je suis accompagnée individuellement dans le développement commercial de la marque Métissé : aide à la détermination des coûts de revient et des prix de vente, organisation de mes collections, stratégie commerciale … Egalement un soutien non négligeable en comptabilité et gestion. Je me fixe  des étapes au fur et à mesure et je peux avancer en toute sérénité puisque la couveuse permet de facturer sans sauter le pas de l’immatriculation juridique.

combishort - Métissé

Durant mon parcours, je rencontre des créateurs très talentueux comme José Essam ou encore David Diagne. Ils m’encouragent, me conseillent ;  je décide alors de me lancer en envoyant ma candidature pour participer à la Fashion Week de Londres. Banco ! Je suis acceptée pour présenter ma marque à l’Africa Fashion Week de Londres, du 1er au 3 août.

Quel statut juridique avez-vous choisi et pour quelles raisons ?

Pour l’instant, je suis encore en couveuse. Je préfère attendre les retombées de la Fashion Week pour prendre une décision. Si celles-ci sont positives et que mon volume de commandes augmente, je déciderai d’ouvrir ma propre boutique ; je devrai donc choisir le statut d’EURL.

Quels sont vos projets, vos prochaines étapes ?

Je suis en pleine préparation de la Fashion Week ; je crée une collection spécifique à l’événement, j’organise mon défilé, le réalise le book …

fashion week

L’étape2 serait d’ouvrir ma propre boutique. Aujourd’hui, je vends sur internet mais c’est insuffisant. Une bonne notoriété passe forcément par un commerce physique. L’équipe du Village des Créateurs de Lyon m’a contactée pour me proposer un local. J’hésite car tout se passe à Paris mais je sais que je suis capable de me lancer dans cette nouvelle aventure.

L’étape3 me tient énormément à cœur : je souhaite retourner au Sénégal, mon pays d’origine, pour montrer ce que je fais et ce que j’ai appris. J’organiserai alors certainement un défilé.

Cela a été très dur de quitter mon pays mais il le fallait pour réaliser mon rêve. Je veux montrer au sénégalais que, même s’il est difficile de partir, on peut évoluer ; grandir sans se renier. Avec ma marque,  je veux montrer à mes proches que j’ai évolué sans changer fondamentalement qui je suis.

sarouel - métisséUn conseil à ceux qui souhaitent se lancer dans la mode ?

Patience et pugnacité sont les maîtres mots de la réussite. Plus on travaille, plus on a de l’expérience et plus on évolue. Il ne faut jamais s’arrêter de travailler même si c’est très dur…

Découvrez tous les produits de la marque Métissé sur le site www.metisseshop.com logo Métissé
Encore un peu de patience pour découvrir la collection spéciale Fashion Week, bientôt disponible à la vente sur le site.

* Les Ateliers de Paris sont nés en 2005 d’une volonté politique de développer un pôle pour les créateurs parisiens.  Ces derniers peuvent ici bénéficier de conseils individuels, de formations et d’échanges ; c’est aussi un show room et une pépinière qui fourmille de créateurs de mode, d’artisans d’art et de designers. Le lieu est emblématique puisque les Ateliers de Paris sont situés dans les anciens locaux de Jean-Paul Gaultier, rue du Faubourg Saint-Antoine à Paris.

*La couveuse d’entreprise est une structure juridique qui prête son numéro de SIREN à l’entrepreneur qui pourra ainsi facturer auprès de ses clients sans être obligé de s’immatriculer.
Rendez-vous sur www.uniondescouveuses.com pour en savoir plus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.