Depuis toujours, Valérie Mannarelli est passionnée par l’univers de la mode. Enfant, elle est élevée dans la culture du cuir et des matières nobles puisqu’elle grandit dans une famille de maroquiniers. Sa grand-mère lui disait d’ailleurs « qu’un beau sac et mobile online casinos de belles chaussures » étaient l’essentiel d’une tenue. Profitant d’un tournant dans sa carrière professionnelle, elle décide de se lancer dans sa propre aventure entrepreneuriale. Elle revient à ses premiers amours, la mode … Avec un petit truc en plus  : la mode connectée ! Rencontre avec Valérie Mannarelli, fondatrice de la startup Gallucha & Moi. 

Racontez-nous votre parcours

Je dessine depuis toujours et je suis passionnée par l’univers de la mode. Mes parents commerçants étaient déjà dans le cuir, j’ai donc grandi avec cette matière, et j’apporte une grande importance aux accessoires. Plus jeune déjà, je ne voulais pas avoir le sac de « madame Tout-le-Monde ! » Il y a quelques années, j’ai commencé à dessiner une ligne de sacs à main pour le plaisir, à partir de cuir noble usuellement utilisé dans le secteur de l’équitation.

En présentant mes modèles à mon réseau, je me suis rendu compte qu’ils rencontraient un franc succès, et qu’il y avait effectivement une clientèle. Nous étions en 2011 et j’étais dans un tournant professionnel. J’ai décidé de me lancer dans l’aventure et de fonder ma propre maison de maroquinerie, baptisée Gallucha.

Rapidement, je me suis heurtée à la réalité du marché puisque le domaine de la maroquinerie est très concurrentiel. L’entrée dans les grands magasins et distributeurs se fait difficilement. Pour faire mouche, il fallait que j’apporte une innovation, quelque chose en plus à mes sacs à main. C’est ainsi qu’est né Gallucha&Moi en novembre 2015.

Expliquez-nous le concept de Gallucha & Moi

Je considère le sac à main comme une boîte à outils, dont chaque objet glissé dedans est indispensable au déroulement d’une journée type.  De même, nous avons tous déjà perdu un objet dans notre sac à main et passé un temps fou à savoir si nous l’avions bien avec nous.

Partant de ce principe, j’ai cherché un moyen de rendre le sac  intelligent, capable d’inventorier son contenu et de nous prévenir en cas d’élément manquant. J’ai fait de Gallucha & Moi un sac à main connecté, véritable assistant personnel pour son utilisateur.

Quelles sont les fonctionnalités de votre sac à main connecté ?

Concrètement, vous collez de petites puces électroniques sur tous les objets que vous souhaitez déposer dans votre sac à main. Ajoutez-y un boîtier capable de communiquer avec chacune des  puces – c’est-à-dire avec chacun des objets. Une application Smartphone vous permet alors de visualiser la liste de vos objets pucés et de vérifier, en un clin d’œil, s’ils se trouvent dans votre sac à main ou non.

L’application Smartphone permet de déclencher d’autres modes, comme le mode coffre-fort, par exemple. Celui-ci « verrouille » le sac. À chaque fois qu’un objet disparaît du sac, le boîtier le détecte et lance une alarme sur votre Smartphone. Un troisième mode «  voyages »  aide à organiser vos déplacements et vérifie qu’aucun objet important ne soit oublié (passeport, billets d’avion…), via un rappel et une check-list complète du contenu de votre sac, envoyée la veille du départ.

“Connecter” la mode aux nouvelles techno’ : comment avez-vous fait ? 

J’ai d’abord frappé à la porte de BPI France (Banque Publique d’Investissement) pour obtenir un soutien financier et un réseau. Puis j’ai rencontré Captronic – organisme d’aide à l’innovation, très utile pour des entrepreneurs comme moi, novices en matière de nouvelles techno’. Captronic m’a présenté des ingénieurs motivés à développer toute la partie électronique de mon projet. J’ai réussi le pari de réunir le monde de la mode et de l’ingénierie, deux secteurs totalement différents.

La FrenchTech Alsace m’a également soutenue. J’ai eu la chance de lancer mon projet dans une région très active, qui n’hésite pas à soutenir les entrepreneurs qui font de l’innovation. Ces soutiens se révèlent être très utiles pour réussir ce parcours du combattant qu’est l’entrepreneuriat.

Enfin, Alsace Innovation et La Région Grand Est sont deux partenaires qui m’accompagnent pour le développement de ce produit.

Et vos projets  d’avenir ?

Cela fait 18 mois que je travaille sur le projet Gallucha & Moi. La prochaine étape est la commercialisation du sac à main connecté auprès des professionnels.  Il y a des corps de métiers qui ne peuvent partir de chez eux en oubliant leurs outils de travail. Je pense aux infirmiers à domicile, par exemple, qui pourraient utiliser le sac à main connecté dans le cadre de leurs visites. Je pense aussi à développer un mode « gestion et agenda » pour leur permettre d’organiser leur journée, directement sur l’application Smartphone.

Finalement, qu’est-ce qui vous a poussé à créer votre entreprise ?

J’ai grandi entourée d’entrepreneurs qui ont réussi. Mes parents sont commerçants. J’ai toujours aimé le challenge. Je voulais être décisionnaire de ma vie et cela passe par l’entrepreneuriat. J’ai tout de même travaillé au sein de grands groupes à mes débuts, mais je voulais réaliser mon rêve et avoir un projet en cohérence avec la vie et les tendances d’aujourd’hui !

Avez-vous un conseil pour les entrepreneurs en herbe ?

Sachez vous entourer ! Pour ma part, j’ai monté le projet toute seule, mais j’ai rapidement mis en place une équipe dynamique dont les compétences sont indispensables lorsque l’on souhaite monter son business. Je travaille avec une personne spécialisée en marketing, des ingénieurs, un avocat, un expert-comptable…

Enfin, n’ayez pas peur d’avoir un grand rêve … Et de ne jamais le perdre de vue ! Les embuches sont énormes. Les joies sont immenses ; à la hauteur de nos peines. Quand on entreprend, on en voit de toutes les couleurs, mais le jeu en vaut la chandelle !

 

Site InternetPage Facebook


Captronic : est un programme mis en place par l’Etat pour aider les startups et PME françaises à intégrer des solutions technologiques dans leur produits. Captronic propose, entre autres, des séminaires techniques, des formations et ateliers ou encore un suivi du projet avec des ingénieurs.

Pour plus d’informations sur le programme Captronic, rendez-vous sur : http://www.captronic.fr/

La Banque Publique d’Investissement BPI France : propose des solutions de financement et d’investissement aux entreprises qui souhaitent se lancer. BPI peut jouer un rôle à chaque étape d’évolution de l’entreprise, de la création aux différentes phases de croissance (ou en cas de difficultés).

Plus d’informations sur http://www.bpifrance.fr/

Catégories : InterviewMode

0 pensée sur “La mode connectée : le pari de Valérie Mannarelli”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Interview

Rencontre avec Arnaud Tarry, fondateur de Wine Cluster

Wine Cluster est une coopérative à intérêt collectif. Elle regroupe des informaticiens, des logisticiens et 22 domaines viticoles alsaciens, principalement des petites exploitations engagées dans une démarche de protection de l’environnement. En avril dernier, Wine Lire la suite…

Interview

Rencontre avec AZTEK, le jus de pastèque made in Strasbourg !

Antoine EHRMANN et Alexis WYDRA sont alsaciens. Ils ont 25 ans et ils viennent de cofonder AZTEK, la seule marque de jus de pastèque en France ! Ils nous parlent de leur première aventure entrepreneuriale, du Lire la suite…

Digital

Rencontre avec Ba-Shop : le e-commerce caritatif

Elisabeth Canitrot est journaliste et auteur engagée. Dès les années 80, elle montre et dénonce. Des reportages sur le sida, sur les sans-abris… Et puis, elle rencontre des associations. Les petites, celles qui se battent chaque Lire la suite…