Au cours d’un séjour au Canada, Joffrey Goullet découvre l’univers des startups et tombe amoureux de l’entrepreneuriat. À seulement 27 ans, il s’associe avec son amie Cécile Chelim pour lancer Coplayers, un site web dédié à la consommation collaborative, puis Coworkgames, le premier comité d’entreprise dédié aux indépendants. Tendance Entreprise l’a rencontré dans ses bureaux parisiens.

Moins de 30 ans et déjà 2 entreprises… Racontez-nous ce fulgurant parcours de création !

Durant ma dernière année d’études, j’ai ressenti une forte envie d’ailleurs. Je suis parti travailler au Canada, où j’ai eu la chance d’intégrer la startup LoginRadius, qui propose aux entreprises un service permettant de simplifier les inscriptions sur leur site. L’expérience en startup est passionnante, car on est très libre, on touche à tout. C’est ainsi que j’ai observé le monde de la création d’entreprise, les contraintes de coût, la rencontre avec les investisseurs… Quand je suis rentré en France, l’idée de voler de mes propres ailes m’est apparue comme une évidence.

La création d’entreprise, c’est aussi des opportunités à saisir, des rencontres hasardeuses. À mon retour, une ancienne amie de promotion, Cécile Chelim, a repris contact avec moi pour me parler de son projet. Notre première startup est née : Coplayers. Nous proposons des réductions aux consommateurs collaboratifs en tout genre (covoiturage, couchsurfing, services …).

Il y aussi Coworkgames, le premier comité d’entreprise pour les indépendants

startup

Coworkgames est notre dernier-né. L’idée a germé à force d’écumer les espaces de coworking parisiens, dont nous sommes très friands.

Les travailleurs nomades (en majorité des auto-entrepreneurs) que nous  avons rencontrés ont beaucoup plus de besoins qu’il n’y paraît. Surtout, ils connaissent souvent une baisse de revenus par rapport à leur vie d’avant, quand ils étaient salariés. Nous-mêmes sommes d’ailleurs confrontés à cette situation.

Coworkgames leur propose donc des réductions sur l’achat de produits et de prestations, qu’ils touchent le domaine professionnel ou les loisirs : des fournitures de bureau, des tickets d’entrée dans des parcs d’attractions, des produits de beauté, etc. En bref, nous sommes le premier comité d’entreprise qui cible ceux qui n’en ont pas, à savoir les indépendants de manière générale. Nous captons aussi une clientèle de TPE (Toutes Petites Entreprises) et PME qui souhaitent en faire profiter leurs salariés.

(Pour rappel, les entreprises de moins de 50 salariés n’ont pas l’obligation d’adhérer à un comité d’entreprise).

Quel est le modèle économique de Coworkgames ?

Notre premier business model ne tenait absolument pas la route ! Nous étions partis sur un système de points pour les coworkers. Plus ils travaillaient en espace de coworking, plus ils gagnaient des points et plus ils accédaient aux réductions. Pour chaque réduction achetée, nous touchions une commission de la part de la e-boutique partenaire. C’est à ce moment-là seulement que nous nous rémunérions. Le modèle économique ne reposait absolument pas sur notre propre prospection. Nous courrions à la catastrophe ! Aujourd’hui, nous proposons un abonnement mensuel de 5 euros pour les indépendants et 5 euros par salarié inscrit, pour les TPE/PME.

Coworkgames en est à ses prémices (la création date de juin 2014). Quelles sont vos ambitions ?

Nous développons notre catalogue en proposant des partenariats avec des marques de prêt-à-porter, mais aussi avec des espaces de coworking. Nous allons améliorer notre plateforme web. Nous travaillons notre business plan pour entamer une levée de fonds. Avant de passer en comité d’investisseurs, nous aimerions grossir notre portefeuille client.

Quel regard portez-vous sur votre parcours d’entrepreneur ?

Il y a des jours avec et des jours sans, mais il ne faut pas baisser les bras. En phase de création d’entreprise, on ne se rémunère pas beaucoup et la situation peut perdurer quelques années. Je suis fier de n’avoir rien lâché, d’avoir su jongler entre nos startups et des petites missions parallèles qui me permettaient de gagner un peu d’argent pour vivre… Et pour réinvestir ! Le système D a porté ses fruits. Aujourd’hui, Coworkgames a beaucoup de succès. Avant d’être une affaire d’argent, la création d’entreprise est avant tout une passion.

startup

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.coworkgames.com

Sur le thème du coworking :

– Coworking, colocation, location de bureaux : quelle formule choisir ?

– Bon plan Bird Office : pour louer des adresses prestigieuses à tarif réduit

Bon plan : du couchsurfing pour les entrepreneurs

– Bon plan : la pause Colunching made in USA

D’autres rencontres :

Rencontre avec MyBusyMeal : gastronomie, business et proximité connectée

Rencontre avec Mille et une : l’innovation sociale change le monde !

– Le cinéma learning libère l’esprit d’entreprise

Catégories : Service

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Interview

Rencontre avec Arnaud Tarry, fondateur de Wine Cluster

Wine Cluster est une coopérative à intérêt collectif. Elle regroupe des informaticiens, des logisticiens et 22 domaines viticoles alsaciens, principalement des petites exploitations engagées dans une démarche de protection de l’environnement. En avril dernier, Wine Lire la suite…

Interview

Rencontre avec AZTEK, le jus de pastèque made in Strasbourg !

Antoine EHRMANN et Alexis WYDRA sont alsaciens. Ils ont 25 ans et ils viennent de cofonder AZTEK, la seule marque de jus de pastèque en France ! Ils nous parlent de leur première aventure entrepreneuriale, du Lire la suite…

Service

MyBusyMeal : business, gastronomie … Plaisir !

Depuis sept ans, Fabien rêve d’entreprendre… D’être libre ! Un mariage, des enfants, un emploi… Il attend le bon moment pour lancer ce nouveau concept d’entreprise qui le taraude depuis si longtemps. On y est ! MyBusyMeal Lire la suite…